Aller au contenu principal
Accueil > News > Nouvelle acquisition du musée

Nouvelle acquisition du musée

Le Musée Cognacq-Jay a acquis chez Sotheby's, à la vente de la collection Dillée le 19 mars 2015, un chef-d'oeuvre de Jean-Baptiste Mallet : L'Heureuse famille. Cet achat a été obtenu grâce à une préemption, dispositif régalien de l'Etat permettant à un musée de se substituer au dernier enchérisseur lors du coup de marteau du commissaire-priseur.

Aujourd’hui guère connu, d’une ambition certes relative, l’art de Jean-Baptiste Mallet se révèle toutefois profondément séduisant et varié, typique de ces années autour de 1800 si riches d’expériences esthétiques. L’artiste, actif de l’Ancien Régime à la Restauration, s’essaiera avec le même bonheur à la légèreté frivole des derniers feux du rocaille comme à la manière antiquisante linéaire et précise, aussi bien le revival pittoresque et enlevé du XVIIe siècle que la veine troubadour du romantisme balbutiant. 
Comme Jean-Honoré Fragonard, dont il s’inspire également, Mallet naît à Grasse. Il se forme probablement dans le sud de la France et poursuit son éducation artistique à Paris, puisqu’il reçoit en 1783 la seconde médaille destinée aux meilleurs élèves des trois derniers mois à l’Académie royale. 1791 marque ses débuts au Salon, où Mallet exposa irrégulièrement jusqu’en 1824, alors que triomphent Delacroix et Ingres. Son œuvre connaît un certain succès auprès des amateurs, notamment grâce à sa diffusion par la gravure, et ses sujets de genre traités avec vivacité et réalisme le rapprochent de Nicolas Lavreince, artiste suédois actif à Paris dont les créations ont pu être confondues avec celles de Mallet. La production de ce dernier se reconnaît pourtant à son graphisme aigu, aux rythmes angulaires, et au canon allongé des figures, en particulier les motifs de sculptures ponctuant régulièrement ses compositions. Plusieurs témoignages indiquent que Mallet fut lié à Pierre-Paul Prud'hon, avec lequel il partage à l’occasion un lyrisme éthéré de la fable antique.
Une exposition monographique au Musée International de la Parfumerie à Grasse en 2004 a permis de mieux saisir Mallet et son évolution esthétique. Plusieurs musées français conservent des œuvres de Mallet, mais le fonds du Musée Cognacq-Jay constitue le plus significatif en collection publique avec un tableau et dix dessins à la gouache et/ou l’aquarelle.

Comptant parmi les toutes premières oeuvres de Mallet, L’Heureuse famille constitue un enrichissement de choix par sa facture raffinée, la fraîcheur de son état et la subtilité de sa composition. Cette scène intimiste, décrivant le bonheur des générations cohabitant dans une humble demeure, condense la richesse des sources d’inspiration de l’artiste : le sujet de genre familial emprunté aux Hollandais du siècle d’or, le répertoire antiquisant entre la ruine capricieuse de la masure et la référence érudite de la vestale statufiée, l’élégance vestimentaire de la décennie 1790 avec le jeune homme chapeauté et de cape. L’Heureuse famille fait un joli écho non seulement aux scènes familiales de Mallet que conserve déjà le musée, à savoir La Visite à la nourrice et surtout La Famille du fermier nourrie par des sources visuelles similaires, mais surtout à L’Heureuse famille de Fragonard, dans une confrontation inédite et instructive entre les deux maîtres de Grasse à la fin du XVIIIe siècle.

Ajoutons que L’Heureuse famille passa entre les mains des Dillée, dynastie d’experts et de marchands fondée à Paris en 1925, véritable autorité sur le marché des objets d’art et sculptures des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles_ un pedigree pas moindre que l’évidente valeur artistique.
Jean-Baptiste Mallet (1759-1835), L'Heureuse famille, signée et daté en bas à gauche : j. mallet / 1792, gouache sur papier, 26x36 cm, Paris, Musée Cognacq-Jay, Inv. 2015-1

Droits photographiques : Sotheby's

Pour aller plus loin

Accès, horaires, accessibilité

Musée Cognacq-Jay
8, rue Elzévir
75 003 Paris

Tél. : 01.40.27.07.21
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau
Bus : 29, 69, 76, 96

Ouvert de 10 heures à 18 heures, du mardi au dimanche (fermeture de la caisse à 17h30). Fermeture le lundi et certains jours fériés : le 1er janvier, le 1er mai, le 8 mai, le 14 juillet, le 15 août, le 1er novembre, le 11 novembre, le 25 décembre.

En raison d’un manque de personnel, Le deuxième niveau est partiellement fermé au public le jeudi 27 avril.

Les musées de la Ville de Paris renforcent leur sécurité.

Nous vous remercions de bien vouloir ouvrir vos sacs à l'entrée et de montrer leurs contenus. Les bagages seront catégoriquement refusés.

Attention ! : Le musée n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Sérénissime
Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi
25 février - 25 juin